IMC – Indice de Masse Corporelle et calories, se débarrasser des idées reçues

Share

Dans les infos pertinentes que je peux relever lors de mes formations continues il y a celle ci qui ne sera pas pour vous déplaire et simplifiera en plus votre démarche de santé.

Nous avons eu la chance en Belgique de pouvoir profiter de l’expérience d’un docteur, retraité de la recherche, qui nous a parlé du syndrome de l’insulino-resistance. Il s’agit bien, vous l’aurez compris, d’une maladie. Certes non reconnue à ce jour, car elle touche plus de 35% de la population et que le coût de sa prise en charge serait trop élevé.

Bref, notre métabolisme déclenche la sécrétion d’insuline après l’ingestion de nourriture afin de faire baisser notre glycémie. Néanmoins plusieurs facteurs peuvent venir contrarié ce mécanisme pourtant bien huilé et créer une résistance. L’insuline délivrée ne suffit plus on devient insulino resistant puis diabétique si nous n’agissons pas en amont par une modification de l’hygiène de vie (alimentation, cadre de vie…)

Une fois le diabète déclaré il sera trop tard pour revenir à l’état précédent. L’individu est et restera diabétique. C’est ce qu’une récente étude menée aux Etats Unis sur un large panel de diabétique a relevée.

Pourtant, le diabète pourrait être dépisté 15 à 20 ans avant son diagnostique irréversible. On peu éviter de favoriser l’expression des gênes de l’insulino resistance, agir efficacement afin de l’éviter.

Lors de cette étude le panel a été soumis à un régime à forte privation calorique qui non seulement n’a rien changée à leur diabète de mais en plus n’a pas modifié leur IMC (Indice de Masse Corporelle).

Force de ces constatations,  l’étude qui devait être menée sur une longue période a été interrompue.

Il en découle que l’indice calorique des aliments de même que l’IMC ne sont plus des indices pertinents pour la prise en charge du surpoids, de l’obésité et des maladies métaboliques.

A l’inverse la charge glycémique d’un aliment est un facteur qui doit être pris en compte car il agit directement sur ces états.

On attend avec impatience qu’il figure sur les emballages des aliments industriels…hum hum

Par exemple le pain blanc a une charge glycémique plus élevées que le pain complet. Consommer du pain blanc régulièrement et en trop grande quantité expose notre métabolisme à l’insulino-resistance, entre autre.

De plus le pain complet est de plus riche en fibres et bien plus rassasiant. Il en fait donc un aliment de qualité qui vous sera conseillé dans le cadre d’une bonne hygiène alimentaire.

Autre exemple, les jus de fruits qui ont une teneur plus élevée en fructose que le fruit par lui même. Ici aussi les fibres contenues par le fruit viennent équilibrer le processus.

Consommer du jus de fruits c’est des vitamines en petite quantité voir plus du tout et beaucoup de fructose, donc trop de sucre.

Consommer le fruit c’est aussi du fructose, mais plus de vitamines, des fibres et si ce sont des fruits rouges,  des anti-oxydants !

Vous l’aurez compris, une fois de plus il faut revenir aux fondamentaux et se simplifier l’existence.

Il n’en reste pas moins que 35% de la population faute de budget n’est pas dépistée à temps pour un diabète qui pourrait être évité.

Précision pour l’IMC, la localisation des adipocytes (de la masse graisseuse) c’est révélée bien plus importante que sa quantité. Selon que les adipocytes seront localisés sur le haut ou sur le bas du ventre, les conséquences sur la santé ne seront pas les mêmes.

De même ce n’est pas parce qu’un individu est mince qu’il n’est pas insulino-resistant. Et inversement un individu en surpoids n’est pas forcément insulino-resistant.

Voilà qui devrait pas mal chambouler les activités diététiques de certains. Malheureusement, les régimes restrictifs et potentiellement dangereux  ont encore de beaux jours devant eux tant que la spéculation prévaudra sur l’in-formation.

A très bientôt !

Réjane votre coach vie-santé

NOTE IMPORTANTE : Cet article n’est pas un acte médical, mais constitue un ensemble de conseils dans le libre choix d’une auto-médication. Les produits conseillés ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale. NE JAMAIS ARRÊTER UN TRAITEMENT MEDICAL EN COURS

Share

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :